« L’accompagnement des assistantes maternelles dans leurs pratiques professionnelles »

Publié le par Toutes en une

Compte rendu de stage via le CNFPT, du 26 et 27 mai 2014, à Niort

 

  « L’accompagnement des assistantes maternelles dans leurs pratiques professionnelles »

Avec Valéry-Anne Fiolet,

éducatrice de jeunes enfants et master 2 en science de l’éducation

 

La professionnalisation passe par l’imitation.

La professionnalisation, c’est  les amener à réfléchir et les rendre intelligente.

Les rendre professionnelles passe par les rendre autonomes, par ex : les laisser gérer le planning de venue en temps collectif.

Professionnaliser les A.M. c’est les faire passer de la nourrice à l’assistante maternelle, du novice à l’expert.

Attention à donner ou apporter une réponse mais pas la solution !

 

 

Pour être dans une relation juste et bienveillante avec l’autre 

 

Attention aux phrases assassines et attention à ne pas trop valorisé sinon il y a un trop grand écart entre la réalité et les mots ce qui apporte du discrédit.

 

Eviter le « Pourquoi ? » qui est  trop jugeant et préférer « Qu’est-ce que vous avez vu ? » « Qu’est-ce que vous avez ressenti ? » qui est plus ouvert.

Lors des transmissions aux A.M. il est important de se demander pourquoi je veux transmettre ça ? Si c’est pour me soulager, ce n’est pas nécessaire. Si c’est utile pour son évolution :

- faire deux colonnes, une positive une négative

- ne remplir l’une que si l’autre se remplie aussi. On écrit 1 chose positive et 1 chose négative à côté.

Demander ce dont on a besoin et non attendre que l’autre le devine.

Faire dire aux A.M. comment elles se sont senties après un temps collectif et leur dire aussi notre sentiment : « ça m’a fait plaisir de vous voir ».

 

Comprendre qui est la personne en face de nous et comment l’aborder en se rapprochant de la théorie de l’attachement.

 

Attachement angoissé 5% de la population

Attachement sécure 65%  de la population

Attachement insécure 30% (ambivalent ou évitant) de la population

Du type d’attachement découle la qualité de l’estime de soi (je suis) et de la confiance en soi (je fais), la sécurité affective et les M.I.O. (Modèle Interne Opérant ou schème).

L’enfant se construit, en partie, par la manière de réagir de ses parents à telle ou telle situation, ce qui l’amène sur un chemin de vie plus que sur un autre. 8 chemins de vie en tout :

  • Je dois tout gérer

  • je ne sais rien faire

  • je ne dois pas déplaire

  • je dois être aimé de tous

  • ma vie c’est la solitude

  • je suis différent

Essayer de repérer les chemins de vie de chaque personne pour s’adapter à chacune.

 

Pour répondre à leur besoin de parler avec leur collègue : instaurer par ex, un coin  papothèque. Il est limité dans le temps et dans l’espace, limité en nombre (2 assistantes maternelles = 2 chaises dans le coin). L’EJE se positionne dans la salle entre les assistantes maternelles et les enfants pour pouvoir revenir sur des choses qui se disent.

 

Pour constituer des groupes de travail, on peut utiliser la tombola. Noter les noms des groupes sur des petits papiers, les mélanger dans un contenant et faire tirer les AM au sort.

S’il y a une personne qui dysfonctionne :

  • RDV officiel en premier lieu pour expliquer les faits. Lors de l’entretien, dire les faits précis : « quand vous faites ça… »

  • Si ça ne suffit pas, il doit y avoir sanction. Tout le monde doit connaître les sanctions engendrées par un manquement au règlement. La sanction est à réfléchir par rapport au cadre juridique.

  •  1) RDV 2) courrier d’avertissement 3) sanction : par ex : lire un livre qui aborde le thème et en demander un retour devant les collègues en réunion 4) exclusion des temps collectifs voir de la structure

  • L’exclure des temps collectif quelques mois (2 mois par exemple) pour qu’elle réfléchisse et qu’elle revienne si elle a compris et s’engage à faire évoluer son comportement.

  • Le règlement de fonctionnement donne le cadre. Exiger ce qui est écrit dedans. Sinon pas de légitimité à demander. L’exclusion est légitimée en cas de manquement au règlement.

 

On ne peut pas changer une personne, une personne se change elle-même.

 

Les parents et  les assistantes maternelles ne sont pas vos ennemis.

 

 

C’est quoi accompagner ?

 

L’accompagnement est un moyen dont

le but est l’autonomie, réussir à ne plus être nécessaire.

 

Pour Bernard Honoré : de la mise en relation dépend  la mise en chemin. L’accompagnement se trouve au départ (impulsion).

 

Pour Le Bouëdec : l’accompagnement est une posture entre la proximité et la distance, s’impliquer tout en laissant à l’autre une place. Passivité active.

  • Accueillir et écouter l’autre

  • Aider à discerner et délibérer

  • Cheminer avec sollicitude à ses cotés

 

Pour Carl Rogers : l’accompagnement se centre sur la relation et non sur le problème rencontré. Il doit avoir une attitude qui permet à l’autre de mettre en mots ce qu’il vit pour qu’il puisse en prendre conscience et avancer.

 

Pour Schon : on a des connaissances (quelque chose que je me suis approprié à partir de l’expérience)  et des savoirs (ce que les experts nous ont enseignés). Le vécu permet de construire des savoirs expérientiels. Des connaissances deviennent des savoirs parce que j’ai réfléchi dessus.

Accompagner, c’est permettre de réfléchir à sa pratique pour construire un savoir expérientiel.

 

Pour Maëlla Paul : l’accompagnement se trouve au carrefour entre entre conduire, guider, escorter… Conduire, c’est mener quelqu’un quelque part. Guider, c’est  mettre quelqu’un sur la voie, le guide marche devant. Escorter, c’est porter une attention soutenue pour prendre soin.

 

Pour les accompagner vers la professionnalisation :

  • Se donner en modèle ET parler, expliquer le pourquoi du comment de ce que l’on fait.

  • Utiliser les compétences de chacune (artistiques, chant…) / exploiter leurs talents.

  • Les reconnaître comme professionnelles, c’est les reconnaitre comme notre équipe  

Nous sommes (Directrice, adjointe, EJE et A.M.) 1 équipe de professionnelles qui travaillent ensemble pour construire le lieu où elles accueillent les enfants.

 

 

C’est quoi être une assistante maternelle  professionnelle ?

 

Pour Leboterf : Le diplôme ne traduit pas la compétence. Etre professionnel, c’est être compétent. Quelqu’un qui dispose de ressources et sait s’en servir. Savoir gérer un ensemble de situations souvent complexes. Le novice gère le simple, la routine, l’expert gère le complexe.

Etre professionnel c’est :

Savoir innover :

Savoir réagir avec pertinence

Prendre des initiatives

Faire des choix

Négocier

Arbitrer

Prendre des risques

Réagir à l’imprévu

Savoir anticiper

 

Savoir observer :

Le professionnel  est celui qui rassemble, combine les infos pour faire émerger une pratique pertinente. Savoir mobiliser de façon pertinente les compétences.

Savoir transposer

Comprendre les problèmes et les classer par contexte. Repérer les éléments communs qui me font dire qu’il y a tel type de situation qui amène à tel comportement.

 

Vouloir agir

Le professionnel est celui qui a des compétences qu’il doit sélectionner, combiner, mobiliser pour agir avec pertinence.

 

L’accompagnement, c’est permettre à l’autre de prendre conscience de ses savoirs.

 

 

L’observation avec les Assistantes Maternelles

 

Pour amener les assistantes maternelles à l’observation professionnelle, il est nécessaire de procéder par étape.

 

Première étape : regarder

« Aujourd’hui, je vous propose de faire quelque chose de différent »

- leur proposer de ne pas mettre d’activité en place, de laisser les enfants en jeu libre et de faire quelque chose de différent.

- leur demander de s’installer, assise, à différentes places dans la salle et  de regarder les enfants pendant 10 min. Les enfants avec qui  elles sont  arrivées ou les autres.  S’il y a un danger avéré, elles s’arrêtent et interviennent. L’éducatrice regarde elle aussi.        

 

Debout, on est un phare.  On est attiré par la lumière.

 

- échanger avec elles, une fois les 10 min terminée, sur ce que nous avons vu, remarqué … Qu’est-ce que vous comprenez ? Qu’est-ce que vous pouvez proposer à l’enfant ?

Tout le monde n’a pas regardé la même chose. Lors d’une première expérience, il peut être difficile pour les personnes de mobiliser leurs souvenirs et ce qu’elles ont réellement perçu.

« Si vous voulez la prochaine fois on recommence mais d’une autre façon ».

 

Deuxième étape : regarder une seule chose

« Si on regardait  qu’une seule chose ? »  

Par exemple : les interactions entre enfants.

Utiliser le même protocole que dans l’étape 1, les enfants sont en jeu libre, les adultes disposés à différents endroit de la salle, regardant (mais un seul paramètre cette fois)  puis échange après les 10 min. Qu’est- ce qu’on a vu ? Qu’est- ce qu’on a remarqué ? 

Même en limitant le nombre de paramètres à regarder, il peut encore y avoir des oublis.

« Si vous voulez la prochaine fois on recommence mais d’une autre façon ».

 

Troisième étape : regarder et écrire

« Si on prenait un crayon et une feuille »

Utiliser toujours le même protocole. Les assistantes maternelles peuvent cette fois noter sur une feuille blanche ce qu’elle regarde.

L’échange semble plus construit que les fois précédentes mais il peut encore y avoir des difficultés à savoir quoi regarder et  quoi écrire. Certaines n’auront pas eu non plus le temps de tout écrire.

« Si vous voulez la prochaine fois on recommence mais d’une autre façon ».

 

Quatrième étape : Observer

« Si on utilisait une grille d’observation »

Utiliser toujours le même protocole mais au lieu de noter des informations sur une feuille blanche, remplir la grille d’observation composée de questions concrètes.

On peut utiliser des grilles déjà existantes comme celles proposées par Anne Marie Fontaine.

 « Assistantes maternelles, l’observation : outil indispensable » Anne Marie Fontaine

« Les assistantes maternelles sont convaincues que l’observation est la base de leur travail avec les jeunes enfants. Elles pensent d’ailleurs qu’elles « observent tout le temps »… Mais il y a observation et observation…

Comment faire pour « regarder de plus près » quand l’observation spontanée nous a fait repérer certaines réactions d’enfants répétitives, ou certains moments difficiles de la journée ? Comment comprendre ce qui se passe ? Comment réfléchir posément à la situation pour trouver des solutions ? En développant une observation différente, plus professionnelle : l’observation-projet.

Observer de façon professionnelle, c’est apprendre, à partir d’un constat ou d’un ressenti personnel dans l’accueil des enfants, à se poser des questions précises pour regarder la situation d’une manière plus objective, et surtout en se plaçant « du point de vue des enfants » pour trouver les réponses les plus adaptées. C’est poser sur eux un regard curieux, patient, bienveillant.

Ce livre s’adresse à la fois aux assistantes maternelles et aux responsables de Ram, de crèches familiales, de PMI, qui les accompagnent dans leur professionnalisation. 

Anne-Marie Fontaine est formatrice auprès des professionnels de la petite enfance. Elle a d’abord travaillé au CNRS avec René Zazzo dans le cadre du laboratoire de psychobiologie de l’enfant, puis a été maître de conférences en psychologie de l’enfant à l’université Paris-X.»

Ou bien la construire avec les assistantes maternelles. Pour cela, il est nécessaire de se demander : quels sont les éléments dont on a besoin pour comprendre la situation ?  Qu’est ce qui m’intéresse ?

 

Cinquième étape : restituer

Après avoir échangé avec les assistantes maternelles sur l’observation, qu’en fait-on ? Qu’est- ce qu’on retransmet aux collègues ? Aux familles ?

Pour commencer, l’éducatrice rédige ce qui s’est dit, compris, les propositions faites… Cet écrit est destiné aux observatrices seulement. Au fur et à mesure de l’exercice, les assistantes maternelles pourront écrire elles même ce compte rendu.

 

Attention : prévenir les enfants lorsque nous les observons

 

L’accompagnement des assistantes maternelles dans leurs pratiques professionnelles passe donc par :

-des temps collectifs

- de l’observation

- des réunions : échanges entre les assistantes maternelles et l’équipe pédagogique sur les différents sujets liés à la petite enfance comme le sommeil, la propreté, la motricité libre… (Sans les parents)

- de l’analyse de la pratique (avec un psychologue)

- des réunions d’information

- la mise à disposition de livres, revues, affichages divers

- un projet pédagogique qui regroupe ce que l’on attend de l’assistante maternelle, le rôle de l’encadrement, les objectifs du lieu, les règles de vie et les valeurs professionnelles

- des visites à domicile régulières  (A.M. prévenues  et objectif précis annoncé)

 

Publié dans Hélix

Commenter cet article

Romy 27/03/2016 19:07

Bonjour je suis etudiante eje en deuxieme année et je fais mon stage dc1 en ram, en contacte donc des assistantes maternelle. Je voudrais donc echanger avec vous si possible. Bonne journée