Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Capaulie Photographie 268

Publié le par Toutes en une

Capaulie-Photographie--268-.JPG

Publié dans Capaulie Photographie

Partager cet article

Repost 0

Capaulie Photographie 271

Publié le par Toutes en une

Capaulie-Photographie--271-.JPG

Publié dans Capaulie Photographie

Partager cet article

Repost 0

Capaulie Photographie 267

Publié le par Toutes en une

Capaulie-Photographie--267-.JPG

Publié dans Capaulie Photographie

Partager cet article

Repost 0

Fais tourner, fais tourner...le DVD

Publié le par Toutes en une

bienFais tourner, fais tourner... un DVD! Bah oui enfin, quoi d'autre?

 

Je vous ai déjà parlé de ce fameux DVD  ici :  La motricité libre. Bien dans son corps, bien dans sa tête mais aujourd'hui c'est Ana qui nous en parle! 

 

Pourquoi Ana? 

 

L'idée est née comme ça, je ne sais d'ailleurs plus ni quand, ni comment, ni pourquoi, peut importe... L'important est que ce DVd va tourner. Il est passé par Ana, il repassera par là, avant tout chez Lil'Pinou et puis peut être aussi par chez vous! 

Essemer ce message de liberté puis en discuter ici, entre amis.

 

Et c'est Ana qui lance la partie! Merci! 

 

Alors si ça vous dit aussi, tout comme Ana aujourd'hui, de le visionner et d'en parler, il suffit de me le demander! L'idée : vous le recevez, vous le visionnez, vous écrivez un petit billet à son sujet (qui sera publié sur le blog) puis vous l'envoyez au suivant! Coût de l'opération, le prix de l'acheminement et un partage de taille!

 

Fais tourner, fais tourner...

..............................................................................................................................................

 

 

J’ai été influencée par le marketing sur la puériculture et me suis interrogée sur la nécessité des divers articles que l’on nous présente comme indispensables (transat, trotteur etc…)

 

J’ai observé les parents/nounous au parc avec leurs enfants et j’ai beaucoup entendu « non ne monte pas là, tu n’en es pas capable » « ne cours pas, tu vas tomber » « attends je vais t’aider »…

 

Je me suis interrogée sur mon rôle et sur la meilleure façon d’encourager ma fille à découvrir ses capacités et le monde dans lequel on vit, sans altérer le sentiment d’estime et de confiance en soi.

 

J’ai eu envie de remettre en cause des comportements/remarques que l’on voit/entend trop souvent et qui ne me semblent pas être de bon sens.

Toutesenune Leblog m’a gentiment prêté le dvd sur la motricité fine intitulé « bien dans son corps, bien dans sa tête ».

Et aujourd’hui j’ai envie de garder en tête ces phrases extraites du dvd pour m’aider dans mon rôle de maman.

 

« A chaque fois que l’on va aider un enfant dans une situation qui semble à son niveau moteur, et alors qu’il n’y a pas de danger, le message que l’on va lui donner indirectement, et l’on ne se rend pas toujours compte, c’est « Sans moi tu n’es pas capable » »

 

« le principe de la motricité libre est que l’on ne met pas l’enfant dans une situation/position dans laquelle il est incapable d’aller seul »

 

« Quand on réflechit à la motricité libre par rapport à la vision d’adultes, ça nous apprend l’humilité et nous amène à nous dire que l’enfant à toutes les compétences nécessaires en lui pour se développer. Notre rôle va être simplement de lui aménager l’espace et d’assurer une sécurité affective »

 

« Le fait de permettre à l’enfant d’aller au bout de son activité lui permet de se centrer sur ces ressentis sensoriels et émotionnels , et de pouvoir se construire la dessus »

 

« l’Homme est fait au départ pour évoluer dans un monde en 3 dimensions. Si on est assis dans un transat ou devant un écran trop souvent , l’œil ne travaille plus avec la main, et tout ce qui est coordination est en jeu. »

 

« Très souvent, l’adulte a tendance à dire « c’est dangereux » alors que si l’adulte faisait confiance à l’enfant il s’apercevrait qu’il est capable de le faire »

 

« La motricité libre c’est aussi apprendre le sens des limites, celles que donnent l’adulte, celles qui existent réellement, et celles de son corps »

 

« Mettre l’enfant dans un transat ou trotteur, c’est lui amener des difficultés : celles de ne pas pouvoir s’exercer en toute liberté pour connaitre son corps et son développement intellectuel par la même occasion, alors que l’on pense lui faciliter la tâche »

 

« La société a peur, tend à nous faire confondre limite et risque »

 

« On se rend compte que dans la société dans laquelle on vit, assurer la sécurité de l’enfant c’est presque lui donner un carcan sécuritaire qui le fait évoluer tel que l’adulte le regarde »

 

« On ne peut pas grandir et être bien dans une société qui pense que l’on peut apprendre les mêmes choses aux mêmes moments, dans les mêmes types de collectivités, loisirs, pratiques, façons d’être ou de faire. »

 

« On n’apprend pas quand on est pas stratège de sa façon de découvrir » Ana

 

 

Partager cet article

Repost 0

Capaulie Photographie 266

Publié le par Toutes en une

Capaulie-Photographie--266-.JPG

Publié dans Capaulie Photographie

Partager cet article

Repost 0

Capaulie Photographie 253

Publié le par Toutes en une

Capaulie-Photographie--253-.JPG

Publié dans Capaulie Photographie

Partager cet article

Repost 0

Capaulie Photographie 249

Publié le par Toutes en une

Capaulie-Photographie--249-.JPG

Publié dans Capaulie Photographie

Partager cet article

Repost 0

"Fais moi un gâteau" ou l'art de faire à leur place!

Publié le par Toutes en une

J'ai observé plusieurs fois cette situation dernièrement et j'avais envie de partager avec vous ma pensée sur le sujet.

 

Imaginez, les enfants sont installés à la pâte à modeler, chacun avec sa pâte et son lot d'ustensils. Les enfants s'affairent, chacun à leur rythme, chacun avec une motricité, une abilité qui lui est propre et surtout chacun avec son imaginaire. Certains cherchent à produire une forme imaginée, d'autres imaginent ce que peut être la forme créée de façon aléatoire, d'autres encore manipulent simplement parce qu'ils sont dans le plaisir des sens...

Puis un adulte s'approche, s'assied à côté d'eux, saisit de la pâte à modeler et commence à faire un gâteau...

 

A ce moment précis, l'intérêt de l'activité s'arrête pour les enfants présents.

 

Pourquoi?

Parce qu'à partir de ce moment là, les mains s'arrêtent de modeler, les regards se fixent sur le gâteau que l'adulte est en train de confectionner et les bouchent commencent à faire résonner des "tu m'en fais un?".

L'adulte se met alors à fabriquer des gâteaux de pâte à modeler pour des enfants bouches bées! L'adulte joue, l'enfant attend, admire, se dévalorise, ne joue plus.

 

"Tu peux essayer d' en faire un toi ou de faire autre chose?" dis je à l'enfant! Celui ci me répond : "je ne sais pas faire", "il est plus beau celui de Caroline"...

 

Non seulement, l'imaginaire est court circuité puisque les enfants s'arrêtent d'imaginer, de créer et attendent.... mais aussi l'adulte leur signifie, de cette façon, qu'ils ne savent pas faire, eux! L'estime de soi en prend un coup! L'enfant comprend ainsi que lui n'est pas capable et qu'il doit demander à l'adulte.

 

Or de mon point de vue, le plus important pour l'enfant est:

- qu'il se fasse plaisir à malaxer, rouler, écraser... de la matière

- qu'il ressente qu'il est capable de créer lui même, avec son propre corps

- qu'il laisse son imagination s'envoler...

- qu'il créé...

 

A chaque fois que l'adulte s'immisse dans le jeu/activité d'un enfant, alors que l'enfant ne l'a pas sollicité, il prend le risque de tout casser! De casser ce que l'enfant est en train de créer, d'inventer, de tester, d'expérimenter...

A chaque fois que l'on fait à la place de l'enfant, on le prive de la joie de faire par lui même, de réussir et d'être fière de lui. 

 

Etre auprès d'eux durant une activité, ce n'est pas jouer avec eux mais  les observer, les accompagner par un regard, une parole simple et si  l'enfant nous invite à jouer avec lui, alors oui, lui répondre, entrer, jouer. 

 

L'enfant est son propre guide, nous sommes juste des accompagnants.

 

Sans parler, des moments où l'adulte prend la main de l'enfant pour lui montrer, lui expliquer alors qu'il lui suffirait de montrer le geste à côté avec ses propres mains pour laisser l'enfant libre de tenter ou pas et si il tente, libre de le faire à sa façon à lui et non sous la contrainte de la main de l'adulte qui dirige.

Sans parler de l'adulte qui dessinne sur la feuille de l'enfant, cet adulte qui se fait plaisir en dessinant et qui sans s'en rendre compte pose sa pâte sur la création d'un autre! Chacun sa feuille, chacun sa pâte!

 

A approfondir...

 

 

 

Publié dans Hélix

Partager cet article

Repost 0

Capaulie Photographie 252

Publié le par Toutes en une

Capaulie-Photographie--252-.JPG

Publié dans Capaulie Photographie

Partager cet article

Repost 0

Capaulie Photographie 246

Publié le par Toutes en une

Capaulie-Photographie--246-.JPG

Publié dans Capaulie Photographie

Partager cet article

Repost 0

1 2 > >>