Écrits d’adolescence 5

Publié le par Toutes en une

Les amants de minuit

 

Comme le printemps suit l’été,

L’amour suivit l’amitié,

Le soleil,

Tendre et magnificient à ses heures,

Enflamma ces deux êtres de bonheur,

Timides aux premières lueurs,

Passionnés aux rayons de midi,

Ils devinrent,

Timides et sauvages à la nuit,

Mais le soleil,

Fauve et harcelant à ses heures,

Emprisonna Alban dans la maladie,

L’emportant dans le ventre de l’horreur,

Et suicidant la belle Ophélie.

Publié dans Capaulie

Commenter cet article