Je donne la parole à Ana : Une Doula pour toi et moi 1

Publié le par Toutes en une

Joy

Joy

 

On l’attendait depuis plusieurs mois….

Et ça y est, je suis enceinte pour la première fois! On est heureux, je me sens bien.

Le 1er trimestre passe vite et le bébé est en bonne santé.

Puis ça se gâte….

A 5 mois, béance de col et contractions je dois rester alitée chez moi pour mener à bien cette grossesse. J’ai peur de perdre ce bébé auquel on s’est déjà attaché et auquel nous avons déjà donné un prénom….

Les trois mois suivants seront pénibles : solitude, ennui, angoisse de perdre le bébé et de développer tout un tas de pathologies. Je suis pressée d’arriver au 9ème mois, je ne pense à rien d’autre qu'à ce bébé…. En résumé, il me tarde d’accoucher.

Je n’ai pas peur de l’accouchement, aucune attente particulière, je demanderai la péridurale. Je me prépare à la naissance avec une sage femme qui vient à domicile, on aborde les questions classiques.

Mais je n'ai plus confiance en mon corps.

A 39 semaines... je perds les eaux,!

J’arrive à la maternité : le col est à 6 cm, on me demande si je veux la péridurale, oui bien sûr. Elle est forte je n’ai aucune sensation pendant le travail et l’expulsion, mais je m’en fiche, je ne souffre pas, mon enfant né, en bonne santé, à quelques jours du terme.

Victoire, j’y suis arrivé !

Puis l’effet de l’anesthésie passe et là…. On ne m’avait pas prévenu, que ce passe t’il ? Mal dans le bas du dos et au coccyx, à ma cicatrice aussi… J’ai comme l’impression d’avoir été battue. Je peine vraiment à me déplacer, je m’évanouis dès que je suis debout, puis on me dit que mon enfant restera 24 ou 48H en surveillance en néonat… Je m’évanouis de nouveau, je suis très faible et tout compte fait le papa me surveillera durant cette première nuit…

Je veux allaiter mon bébé, hormis la tétée d’accueil je n’ai pas l’occasion d’être à son contact. On m’a volé les premiers instants qui ont suivi la naissance de mon bébé. En néonat, je n’arrive pas à allaiter. La mise en route est difficile mais je n’abandonne pas ; pour moi c’est naturel d’allaiter son bébé, j’y arriverai de toute façon. Et il me faudra être de retour chez moi, avoir une sage femme auprès de moi, emmener mon enfant chez un ostéopathe et des encouragements du papa pour enfin allaiter avec bonheur et joie !

 

Quelques semaines passent...

J’ai mal de nouveau, mal au dos, cette douleur qui dure, qui vous ronge de l’intérieur, qui vous déprime et vous rend incapable de vous occuper de votre bébé. J’allaite, je ne veux pas arrêter pour me soigner… mais c’est de pire en pire, je me résigne donc à me soigner. Le sevrage est brutal et la reprise du travail arrive dans la foulée. Je consulte un psy, découvre les bienfaits de la chiropratique et petit à petit je vais mieux mais il reste un goût amer! Celui de l’arrêt brutal de l’allaitement alors qu’il se passait si bien… Mais je me recentre sur l’essentiel : je vais de mieux en mieux, mon enfant grandit, est en bonne santé…

 

Le temps passe et nous voulons un autre enfant…

Je suis enceinte…déjà ! C’est arrivé si vite ! J’ai déjà peur du déroulement de cette grossesse. Cela me renvoit à ma première expérience mais depuis je me suis beaucoup renseignée sur ces sujets : l’accouchement physiologique, la péridurale, la béance de col, la médecine manuelle, l’importance des premiers instants avec le bébé…

 

J’ai envie, cette fois ci, de vivre mon accouchement!

Je préfère avoir mal en accouchant qu’après une péridurale et une position gynécologique imposée. J’ai envie de réfléchir à un projet de naissance et d’être accompagnée et bien renseignée.

Je préfère prévenir que guérir.

Je choisis d’être suivie par le gynécologue qui m’a opéré la première fois avec succès. Je me sens entre de bonnes mains pour qu’il suive cette 2ème grossesse.

Je continue mes séances de chiropratique (à vrai dire je ne les ai jamais arrêtées depuis deux ans) pour le côté accompagnement physique de la grossesse.

Il me reste à trouver un accompagnement psychologique, une professionnelle de la naissance, une écoute, une aide pour rédiger mon projet de naissance, je décide de contacter A qui sera ma doula….

 

A suivre….

 

Commenter cet article

charlyyy02 18/06/2012 12:02