"tu vas tomber!"

Publié le par Toutes en une

"Tu vas tomber!" et paf, il tombe! Et oui plus qu'une prédiction, une obligation à...

 

Derrière cette petite phrase à priori innocente se cache en fait un couperet qui fait basculer l'enfant, physiquement et psychiquement!

 

Après de nombreuses observations d'enfants, en crèche et ailleurs, je me suis rendue compte que nombre d'enfants à qui on disait "tu vas tomber!" tombaient et s'entendaient dire après "je te l'avais dit!"!!! Sans blague!!! Un parent, c'est voyant, mais non mais non... un parent ça a peur pour son enfant et ça voudrait le prévenir de toute souffrance! Quand je dis un parent, je dis aussi un grand parent, un oncle, un ami... Pourtant, c'est par l'expérience que l'enfant apprend, grandit, vit! Pourquoi l'enfant est tombé? Non pas parce qu'il n'était pas capable de... mais parce qu'on lui a dit! Quand l'adulte dit "tu vas tomber!" avec certitude, l'enfant entend "tu n'es pas capable", l'enfant s'arrête, réfléchi, perd confiance en lui, perd l'équilibre et bascule, confirmant ainsi les dire de l'adulte qui sait mieux que lui (que pense l'enfant)! Il apprend alors qu'il n'est vraiment pas capable de ...

 

Faire confiance à l'enfant qui teste, essaie, tatonne, explore est essentiel pour la construction de l'estime de soi et la confiance en soi. La présence, l'expérience et l'accompagnement de l'adulte ne sont pas pour autant inutiles mais peuvent prendre une autre forme:

"sois prudent, tu t'aventures sur un terrain difficile"

"je te fais confiance, tu peux y arriver"

"je suis là si tu as besoin d'aide"

ou encore tout simplement, être là par un regard soutenant et confiant.

 

L'enfant tombe? Rien ne sert de courir, se précipiter, s'effrayer (tout dépend de la chute on est d'accord, je parle ici des petits bings du quotidien, hein!) mais vérifier d'abord qu'il peut, seul, se sortir de ce mauvais pas: "tu es tombé, peux tu te relever seul?". En général, l'enfant se relève et recommence. Il n'a pas perdu confiance en lui puisqu'il a vu dans nos yeux, nos paroles non pas de l'angoisse... mais de la confiance en lui, à gérer seul, ses expériences de la vie.

 

C'est la notion de "non intervention", de l'adulte dans l'activité de l'enfant, développé à Loczy ( Loczy ou le maternage insolite ). Et cela est valable pour toutes les activités de l'enfant, ne pas s'y immiscer si on n'y est pas invité! Souvent de fois, les parents qui arrivent à la crèche et voient les enfants remonter le tobogan à l'envers et nous ne rien dire, tomber et nous seulement leur demander "tu peux te relever tout seul", se cogner et nous dire sans se lever forcément "ça fait mal de se cogner contre la barrière, comme je te comprends", ne pas réussir une construction et nous dire "je pense que tu peux y arriver" mais ne pas l'aider... ouvrent grand leurs yeux et parfois se sentent obligé de pallier à, selon eux, notre défaillance! A nous alors de leur expliquer, que si nous n'intervenons pas plus que ça, d'une façon différente, c'est volontaire et réfléchi, pour favoriser le développement de l'enfant!

 

L'adulte qui intervient à chaque fois prive l'enfant de la joie d'y arriver seul et créé de fait une dépendance à l'adulte qui lui va faire plus vite et mieux! Par la suite, l'enfant est frustré de ne pas y arriver (aussi bien selon lui), n'a plus la patience d'essayer, de tatonner, de se tromper, de recommencer et va de suite demander à l'adulte de faire pour lui. Entraînant même parfois de la colère lorsque l'adulte, à ce moment là, ne voudra pas ou ne pourra pas faire. Relevez un enfant qui tombe et il attendra qu'on vienne le relever la prochaine fois. Faites un escargot en pâte à modeler et l'enfant voudra que vous lui en fassiez un, avant même d'avoir essayé "il est plus beau le tien", "mais moi je n'y arrive pas"... portez un enfant en haut du tobogan pour qu'il desecende et il vous tendra les bras la prochaine fois pour que vous le postiez direct en haut... 

 

Enfin à crier à tout va "attention", "tu vas tomber", "tu vas te faire mal", "ouuuuu c'est dangereux", "sssssssssssss"... on signifie aussi à l'enfant que tout ce qu'il entreprend est risqué, dangereux... on lui signifie qu'il devrait avoir peur, que le monde est dangereux et que finalement il vaudrait mieux rester là, ne pas explorer! Ce qui reviendrait à lui demander de ne pas bouger donc de ne pas vivre! L'enfant grandit, se développe en bougeant, laissons le faire, organisons l'environnement, faisons lui confiance et observons le! Il est capable de ... Il est vivant, profitons en!

 

Publié dans Hélix

Commenter cet article

manon 18/09/2016 09:52

Bonjour, je trouve votre article tres interessanr. Je suis eje depuis 1 an et je commence un nouvel emploi en structure avec une gerante anxieuse par rapport aux chutes dans la structure, notamment par rapport aux reactions des parents le soir. Je serai intéressée par vos eventuelles sources, en plus de la pédagogie loczy, afin davoir des arguments pour permettre aux enfants de courir, de monter debout sur les bloc de psychomotricité entre autre.
Bonne journee et bonne continuation pour votre blog très interessant :-)

Ana 27/01/2012 08:32


Merci pour ton article!