Malaise

Publié le par Toutes en une

Malaise ou comment chanter peut bouleverser!

Une vraie révélation pour moi que de participer à un groupe vocal tel que celui là où chacun peut venir tel qu'il est, ayant déjà chanté ou pas et où l'idée principale est d'être authentique pour partager le plaisir de chanter pour soi et ensemble! 

Une belle proposition, non?

Et pourtant ce soir là, je n'ai pas réussi à profiter de cela, être simplement moi, être authentique! Pourquoi?

Voyons ça...

Je suis arrivée ce soir là, contrariée d'avoir laissé mon enfant avec 39°7, toussant, pleurant... Son papa et ses grand parents étant pourtant là pour s'occuper d'elle, la choyer et la soigner. Je pouvais donc en toute légitimité penser à moi! Théoriquement sûrement! Mais dans les faits, comment partir, profiter, prendre du plaisir sans culpabiliser, sans avoir peur, sans avoir mal pour elle? Je n'ai pas su...

Exceptionnellement ce soir là, il n'y a pas eu de préparation corporelle avant de chanter. Pas de relaxation, pas d'exercice permettant l'ancrage, permettant de libérer les tensions, de se connecter à son corps, à sa respiration... 

Dès le premier chant, j'ai senti que ça n'irait pas! Ma voix ne sortait pas. J'étais comme une bouteille à qui on a retiré tout son air, sans oxygène, crispée, recroquevillée, toute serrée à l'intérieur de moi. 

Je n'ai rien dit. J'ai chanté enfin j'ai essayé du moins.

Et puis est arrivé le moment de chanter cette seconde voix, la médium, celle que je ne trouve pas! Belle et subtile, comme une berceuse dit il mais qui ne parvient pas jusqu'à moi! Je n'y suis pas arrivée et j'ai entrainé avec moi ma voisine de chant du moment. Honte, rage, culpabilité, tout ça se mêlait déjà en moi mais je supportais... encore.

J'ai été émotionnellement achevée par la chanson suivante! Cette chanson quelque part je ne l'aime pas parce que j'arrive pas à la chanter! Elle est sublimement belle mais spectaculairement complexe et pour une novice comme moi, simplement innaccessible! Mon état psychique et physique de ce soir là a fait qu'au moment d'aborder cette difficulté, j'ai été touchée au plus profond de moi! En plein manque de confiance en moi, en plein manque d'estime de moi! Je me suis sentie à part du groupe. Je me suis sentie "pas à ma place", "pas à la hauteur"... ma voix ne voulait plus chanter et mes yeux ne voulaient que pleurer. Si j'avais pu disparaître à ce moment là, ne plus être, je l'aurais fait!

Je me décomposais au fur et à mesure que le temps passait. Mon visage se fermait. Mon corps se crispait. Je me prenais en pleine face ma difficulté à accepter d'être ce que je suis! J'aurais pu juste dire "je vous laisse la faire sans moi, ce soir je ne le sens pas, je ne suis pas dans de bonnes conditions pour..." et écouter, apprendre des autres, essayer de choper les subtilités de leur voix... pour pouvoir, la prochaine fois, l'aborder sereinement mais non!

D'une part je n'accepte pas de ne pas y arriver, je me fais violence en me considérant comme nulle, mauvaise, bonne à rien... et d'autre part, je ne suis pas honnête et authentique ni avec le groupe ni avec moi même. Si je suis en mesure de dire ou plutôt d'écrire cela aujourd'hui c'est grâce à une longue discussion avec une personne que j'affectionne beaucoup et qui participe à ce groupe. Sa bienveillance m'a touchée et surtout elle a remis les choses en place en me rappelant la nécessité de l'authenticité pour soi et dans les relations aux autres. Je la remercie car elle m'a permis d'avancer mais ma nature profonde me fait vite reculer et je me dis que ok, elle, voit ça comme ça mais que les autres personnes qui viennent chanter ont envie d'avancer, de prendre plaisir et non pas de se coltiner la chieuse qui ne sait pas chanter, qui ne choppe aucune subtilité, qui a la voix éraillée, bref qui casse les pieds... 

Je m'interroge donc fortement sur la suite... Continuer ou renoncer? 

Et vous, ça vous est arrivé de vous sentir de la sorte lors d'une activité?

Publié dans Capaulie

Commenter cet article

Marie 07/08/2012 12:12


Oui bien sûr que ces situations me sont déjà arrivées. Vous expliquez très bien ce que l'on ressent dans ces moments. même sans avoir une raison( votre fille fiévreuse) on peut se trouver dans
cette situation. Moi, je ne serais même pas pertie ( mais c'est vrai que je n'avais pas la chance d'être secondée pour garder un enfant malade), donc en fait je ne sais pas ce que j'aurais fait !