Fais tourner, fais tourner...le DVD 2

Publié le par Toutes en une

bien

 

 

 

 

Après Capaulie, Hélix et Lili Pissenlit par ici link et Ana par là link, c'est au tour de Lil'Pinou, de nous parler de ce superbe DVD "La motricité libre, bien dans son corps bien dans sa tête".

 

 

Et vous c'est pour quand? Je vous attends! 

..............................................................................................................................................

 

La motricité libre, bien dans sa tête, bien dans son corps :

Quand Toutes en Une m'a proposé de voir ce dvd et le faire tourner, évidemment l'idée m'a séduite.Je ne savais pas du tout à quoi m'attendre et j'ai choisi de ne pas lire l'avis précédent avant de l'avoir visionné.
Le titre parle de lui-même.
Comme nous admettons communément qu'être bien dans son corps c'est participer à être bien dans sa tête pour nous adultes (ne dit-on pas "un esprit sain dans un corps sain"), il me semble logique qu'il en aille de même pour chaque être humain, et ce quel que soit son âge.
Le corps d'un bébé, d'un jeune enfant, en dehors des besoins fondamentaux qui caractérisent chacun d'entre nous, c'est selon moi et avant toute chose, la découverte du corps et donc de sa motricité.
Finalement, je suis heureuse de constater que mes "instincts" ou intuitions de primipare étaient justes pour mon bébé.
Pendant ma grossesse, je n'ai pas véritablement cherché d'informations sur le sujet, me faisant confiance et me disant que je ferai les choses comme je les sens le moment venu. Je n'ai donc pas été très au fait des diktats du marché de la puériculture d'aujourd'hui et j'ai donc naturellement permis à mon fils de développer ses capacités motrices en toute liberté.
Exit le parc, le "trotteur" les balancelles (quelle horreur ces trucs) et autres outils plus ou moins modernes qui, je trouve, sont plus des entraves pour l'enfant que de véritables aides à leur bien-être.
Ici le transat a très peu servi, sauf au début du 1er trimestre lors de mes repas (bébé ne dormait quasiment jamais à ces moments).
Ainsi, quand mon fils n'était pas porté, quand il n'était pas dans son couffin en train de roupiller (couffin qui était toujours dans la même pièce que moi) il passait le plus clair de son temps sur le tapis moelleux, au sol ou au creux du coussin d'allaitement, des jeux à sa disposition, certains tout près, d'autres plus difficiles d'accès.
J'avoue que je l'ai beaucoup laissé faire, en liberté, dans la pièce à vivre. Je ne l'aidais pas, je lui faisais confiance pour parvenir à ses fins seul dans les limites de son corps,  je "dédramatisais" les frustrations et les "échecs" qu'il supportait tout en l'encourageant toujours par les mots et mon attitude. 
Je ne saurai peut-être jamais si c'est lié mais il a justement été très précoce dans les phases de la motricité (tenir sa tête, se retourner, ramper, se mettre debout et marcher).
Plus tard, et encore aujourd'hui, j'ai choisi de toujours le laisser expérimenter ses capacités physiques, en le prévenant des risques et en étant présente au cas où il aurait besoin de mon soutien ou de mon réconfort le cas échéant. Il y a des chutes, des bosses parfois, mais quasiment jamais de pleurs en revanche car je crois qu'il a conscience que ses choix ont des conséquences directes?
En écoutant la psychomotricienne intervenante dans le film, j'ai compris qu'intuitivement, j'avais eu la bonne attitude dans ma façon d'appréhender le développement moteur de mon enfant; c'est à dire librement.
Pour l'anecdote, je me souviens de l'époque où il m'a fallu trouver ses premières chaussures de petit "marcheur" en extérieur. Je suis allée dans un magasin de chaussures spécialisé et j'ai alors trouvé très incohérent les conseils du chausseur. Alors même que mon bébé expérimentait ses premiers pas hésitants tout seul, on me conseillait d'enserrer ses petons dans des chaussures (soi-disant approuvées par les pédiatres et tout le toutim), jusqu'à la cheville, des grosses semelles épaisses etc..bref des chaussures lambda pour les bambins.
Soit, j'essayais donc les chaussures à mon fils..et là, c'était flagrant : mon fils ne maîtrisait plus du tout ses mouvements, il ne sentait pas le sol, n'avait pas l'audace de mettre un pied devant l'autre tant il était désorienté. J'ai immédiatement pensé qu'il avait l'air aussi "coincé" que quand moi je mets des chaussures de ski. J'avais l'impression justifiée d'emprisonner les pieds de mon fils (et donc sa motricité) et j'ai du me mettre en quête de chaussures souples.
Ce n'est bien sûr qu'une anecdote mais elle illustre selon moi très clairement comment les entraves à une motricité libre peuvent être dommageables au développement de l'enfant. Lui permettre d'avancer dans son corps, lui permettre de construire une confiance en lui, de déterminer ses propres limites et celles de son environnement.
Visionner ce dvd m'a conforté dans mes choix et m'a appris quelques petites choses aussi.
Qu'il s'agisse d'un bébé qui se tortille pour parvenir à attraper un hochet, ou d'un autre qui esquisse ses premiers pas en prenant conscience de la fragilité de ses jambes toutes neuves ou encore d'un plus "grand"  qui joue et évolue librement dans un espace qui propose les mêmes limites pour lui que pour ses parents, c'est selon moi non seulement simple, naturel et normal mais aussi hautement bénéfique. Ainsi le petit être apprend le monde, ses limites et ses incroyables possibilités.
Lil'Pinou

Commenter cet article