Atelier à l'intention des parents / Rencontre 7

Publié le par Toutes en une

Rencontre 7 : révision finale

 

Cette dernière rencontre, emprunte de nostalgie, fut l'occasion de revoir certains points. Comme si c'était le moment où jamais de les entendre, de les écrire, de les enregistrer, j'ai noté, noté, noté!!! Sans chercher à faire des liens entre les idées, juste noter celles qui résonnaient et pourtant en me relisant aujourd'hui, je me rends compte que mes notes (subjectives, choisies...)s'articulent de façon claire et font émerger le sens que j'ai donné à ce dernier atelier, cette révision finale : Ecoute et Respect, de soi et de l'autre.

 

ECOUTER

Ecouter réellement :

"je t'entends, je ne te juge pas, tu peux me parler, je suis là pour t'écouter"

Ecouter posément:

"maman t'es méchante!" Il y a un message derrière cette phrase qu'il ne faut pas prendre pour nous personnellement. C'est un appel à l'aide qu'il faut ENTENDRE

" je n'apprécie pas cette phrase mais ça m'intéresse de savoir ce qu'il se passe vraiment pour toi"

Etre à ce moment là comme une vitre qui reçoit l'eau très fort sur elle mais qui la laissant couler, reste inchangée! C'est une image parlante je trouve et qui peut aider!

Ecouter aussi le corps qui parle, l'attitude:

Les enfants ne savent pas toujours exprimer avec des mots leur ressenti, leurs sensations corporelles et émotionnelles d'où parfois des réactions désordonnées, inappropiées (par ex: cris, pleurs lorsqu'ils sont fatigués...). Ils ne savent pas forcément reconnaître la source de l'angoisse ou la fatigue qui arrive. A nous d'être en empathie : "j'entends que ça ne va pas mais cette attitude n'est pas appropriée, tu n'as pas le droit de jeter la nourriture au sol". L'enfant ne naît pas avec les outils d'expression de ce qu'il ressent! Nous même, en tant qu'adulte, sommes souvent dépourvus de ce vocabulaire émotionnel! La peur et la colère,  la honte et la culpabilité ...sont des sentiments différents mais c'est tout un art / apprentissage de le savoir et de le nomer. Si l'enfant n'arrive pas à dire, il va chercher à attirer l'attention autrement. A nous d'ECOUTER ce qu'il a à dire, de l'OBSERVER, d'instaurer un dialogue pour comprendre ce qui le fait réagir vraiment. 

Ecouter même après...:

Si sur le moment on a pas su ou pu être dans là l'ECOUTE, si on a réagit trop fort, on peut, plus tard, revenir vers son enfant et lui dire calmement que l'on avait envie de l'entendre mais que l'on a pas pu le faire, à ce moment là. On peut ainsi rétablir le dialogue avec son enfant et prendre chacun sa part de responsabilité. On peut chacun redire ce qui nous a blessé, redonner son point de vue et réfléchir à une soulution qui convienne à tous. Cela permet à l'enfant de connaître les limites de son parent. Parler de nos propres sentiments, c'est aussi montrer l'exemple à l'enfant, le mettre sur la voie.

On peut aussi lorsque l'on a eu une journée difficile, que l'on est fatigué et que l'on sent que l'on a peu de disponibilité, le dire à l'enfant (EXPRIMER ce qu'on ressent). Ne pas attendre le conflit mais le prévenir. Exprimer ses propres émotions montre à l'enfant qu'il peut lui aussi être à l'écoute des siennes et lui permet de comprendre la situation: maman n'est pas disponible pour moi maintenant. "Là je n'ai pas envie de jouer avec toi mais plus tard, d'accord. " C'est aussi lui apprendre à tenir compte de l'autre et donner du sens à la situation, on est pas contre lui, ce sont nos limites qui sont atteintes à ce moment précis.

Ecouter SON enfant et s'écouter SOI:

Travailler sur sa propre enfance, sur notre enfant intérieur, celui que nous avons été et qui est là, en nous, pour ne pas rester égocentré et être réellement en relation, en communication, en empathie avec son enfant. Pour ne pas mélanger notre hisoire (l'enfant que l'on a été) et notre enfant (celui qu'il est aujourd'hui)!

 

C'était nécessaire de rappeler que pour mettre en place toutes ces habilités, la priorité est d'être dans une attitude de respect, d'empathie et d'écoute de soi même et de son enfant. 

Ces ateliers m'ont fait cheminer, m'ont fait du bien, indirectement aussi ils ont fait du bien à mes enfants. Même si je n'arrive pas à mobiliser toutes les habilités lorsque'il le faudrait, ils ont nénamoins permis à la famille de se repositionner dans l'écoute et le respect de l'autre. Toutes ces habilités sont dans ma tête et accompagnent mes réactions, mes choix pour une meilleure communication au sein de la famille!

 

Si ces ateliers vous tente, vous trouverez ici les renseignements nécessaires :link

 

Bonne route à tous!

Publié dans Toutes en une

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article