Atelier à l'intention des parents / Rencontre 6

Publié le par Toutes en une

Rencontre 6 : Aider les enfants à cesser de jouer des rôles

 

Coller une étiquette ou l'effet pygmalion! Voyer votre enfant comme un pénible et il sera pénilbe pour correspondre à l'image que vous avez de lui! Le but de cet atelier est de voir comment on peut enlever ces étiquettes pour permettre à son enfant d'être lui même, tout simplement. 

 

- Chercher les occasions de présenter à l'enfant une nouvelle image de lui même.

Dès que l'on peut, rebondir sur le positif. Pour un enfant qui casse tout, par exemple : "Tu as ce jouet depuis l'âge de 3 ans et il a l'air presque neuf!".

Valoriser les évènements de la journée où l'enfant montre qu'il est autre chose que l'étiquette "brise tout" (dans l'exemple ci dessus) qui lui a été attribuée. Si sur le moment, on oublie de valoriser un comportement, on peut toujours le faire plus tard. 

 

- Mettre l'enfant dans des situations qui lui permettent de se voir d'un oeil différent.

Offrir à l'enfant la possibilité de tenter, d'essayer, de faire. Si on part du principe qu'il n'y arrivera pas, l'enfant risque de se conforter dans cette idée et ne mobilisera pas ses capacités et son énergie pour réussir. Par exemple, pour un enfant qui a du mal à partager : "Gabriel veux tu diviser ces arachides de façon à donner une juste part à chacun?".

Cet exemple me rappelle l'idée de A.S. Neill link qui confia à un élève voleur la caisse de l'école. Il lui montrait par là qu'il ne le voyait pas comme un voleur mais comme une personne capable de gérer la caisse. Aucun vol d'argent n'eu lieu. 

- Donner à l'enfant l'occasion de vous entendre dire des choses positives à son sujet.

Partager avec un tiers, de vive voix, au téléphone... les choses positives qu'à fait l'enfant, de façon à ce qu'il les entende, va lui permettre de se regarder autrement. Par exemple, "Maman, tu aurais du voir ton petit fils recevoir ses piqûres contre les allergies aujourd'hui... Il a simplement tendu le bras tout en parlant au médecin. Et tu sais, ces piqûres peuvent vraiment être douloureuses". 

 

- Agissez comme vous souhaiteriez que l'enfant le fasse.

Par exemple, "Hé! Je pensais avoir gagné! C'est désagréable de perdre. J'aurais aimé gagner! Tant pis. Je vais être bonne perdante. Félicitations!" Montrer l'exemple à son enfant peut l'aider à savoir comment se comporter. Dans l'exemple ci dessus, le comportement de la maman signifie à l'enfant que lui aussi a le droit de vouloir gagner, a le droit d'être décu de perdre mais que l'issu peut être autre que de la colère ou de l'énervement. 

 

- Rappelez vous les "bons coups" de l'enfant.

Souvent on se souvient et on parle des moments désagréables, des moments difficiles, par exemple : "tu as fais tes nuits a 2 ans, quelle horreur, je n'en pouvais plus de ne pas dormir!". Il est important pour l'enfant de se souvenir également des bons moments, de ceux où nous étions étonnés de ses nouvelles capacités...  Par exemple : "L'enseignante a dit que je manquais de coordination." / "Je pense qu'elle ne te connaît pas comme moi je te connais. A 4 ans et demi, tu as été le premier enfant du coin à conduire une bicyclette sans les petites roues.".

 

- Quand l'enfant reprend son ancien rôle, exprimez vos sentiments ou vos attentes.

Si on reprend l'exemple du partage (plus haut des arachides, ici des biscuits): "On devrait partager les biscuits entre tous les membres de la famille! Je m'attends à ce que tu puisses te dire non à toi-même.".

 

Toutes ces habilités vont aider l'enfant à se débarrasser des étiquettes qui lui sont collées et lui permettre de savoir qui il est réellement.

Attention aussi aux étiquettes que l'on se met en tant que parent! L'idéal parental est un moteur de changement, une direction à suivre mais il faut prendre du recul et être indulgent avec soi même car le parent idéal n'existe pas!

 

Publié dans Toutes en une

Commenter cet article