"Apprends-moi à faire seul, la pédagogie Montessori expliquée aux parents"

Publié le par Toutes en une

9782212549744FS.gif

 

Je viens de terminer ce livre et j'ai adoré, c'est pourquoi je viens vous en parler ici!

 

Tout d'abord, j'ai aimé parce qu'il m'a replongé dans cette pédagogie que j'affectionne particulièrement et qui pour certains points est devenue tellement naturelle et inscrite en moi même que j'en avais presque oublié les origines! C'est bon de se rappeller d'où l'on vient professionnellement parlant, ce qui a construit notre pratique professionnelle! Attention, je ne suis pas éducatrice Montessori, simplement éducatrice de jeunes enfants ayant fait ses études au CERPE link, centre de formation et de recherche à l'origine créé par une montessorienne link

 

Ensuite, j'ai apprécié le style simple mais juste et précis et de fait compréhensible par toute personne découvrant pour la première fois Maria Montessori, sa philosophie, sa pédagogie, son matériel...

 

L'organisation du livre, bien pensée, aide à entrer progressivement dans son univers. Alors allons y...

 

Chapitre 1 : Maria Montessori

Il retrace, car c'est nécessaire pour comprendre la pédagogie Montessori, comment cette femme, 1ère femme médecin en Italie a commencé à observer et comprendre les enfants déficients pour accueillir ensuite, dans la première "maison des enfants", des enfants sans handicap; et ainsi élaborer, forte de ses expériences, une pédagogie scientifique et un matériel pédagogique.

 

Chapitre 2 : le développement de l'enfant

Il développe les notions nécessaires à la compréhension de l'enfant selon Maria Montessori et au pourquoi de sa méthode pédagogique.

 

- "L'esprit absorbant" : l'enfant est une éponge qui absorbe son environnement, de façon naturelle et progressive et ainsi se construit psychiquement.

 

- "Les périodes sensibles" qui sont des moments où l'enfant va être instinctivement et tout entier attiré par une partie de son environnement parce qu'à ce moment là, c'est de ça dont il a besoin et de rien d'autre! Il va alors se concentrer, focaliser sur ce point précis jusqu'à acquisition puis passer à un autre. Maria Montessori repère la période sensible à l'ordre, au mouvement, au langage, aux sensations, aux petits objets et à la vie sociale. 

 

- "Les étapes du développement" que sont :

*la petite enfance en 3 étapes: le temps de la grossesse "l'embryon physique", le temps du développement de la vie psychique de 0 à 3 ans "l'embryon spirituel" et le temps du développement de la vie sociale de 3 à 6 ans "l'embryon social".

*l'enfance, période plus calme où l'enfant consolide ses apprentissages antérieurs et se décentre de lui même pour s'ouvrir au monde. Il passe de l'interêt pour son petit quotidien à un intérêt vif et grandissant pour l'univers! Après avoir appréhendé le concret il peut aussi aborder l'imaginaire et l'abstrait sans peur et angoisse! C'est l'heure des contes! Entre autre! Enfin, il va commencer à essayer de cerner ce qui est Bien et ce qui est Mal.

*l'adolescence, période de bouleversement où le confort de l'enfance et le besoin d'autonomie et d'indépendance se frottent. Tout comme lors de la petite enfance, l'adolescent cherche les limites et un sens à la vie, réinterroge les valeurs familiales, celles de la société. Pour Maria Montessori, à cette période ci, autonomie, présence et contact avec la nature sont indispensables.

* la maturité, ça y est l'adolescent n'est plus, il est devenu un jeune adulte. L'heure de la séparation a sonnée.

 

Chapitre 3: les principes de la pédagogie


- La liberté, notion essentielle pour Maria Montessori qui pense que l'enfant a tout en lui et qu' il ne peut se développer que s'il est libre de suivre sa route personnelle, accompagné de l'adulte mais pas dirigé par l'adulte. Concrètement auprès des jeunes enfants, c'est ce que traduit le libre choix d'activité. Permettre à l'enfant de faire ce qu'il souhaite, parce que s'il le souhaite, c'est qu'il en a besoin, que cela répond à une période sensible. Le rôle de l'adulte, à ce moment là, est donc d'avoir pensé et préparé au préalable l'environnement, l'espace/temps, pour que l'enfant puisse répondre librement et seul à son propre besoin. Cela induit également la liberté de mouvement et une liberté de communiquer. 

 

- L'autodiscipline, autre notion essentielle! Pour être réelle, la discipline doit venir de l'intérieur, de l'enfant. L'autocorrection du travail permet à l'enfant de rester acteur de son développement et favorise l'estime de soi, la confiance en soi. Tout le matériel proposé est donc autocorrectif. 

 

- Agir en périphérie, c'est à dire agir sur l'environnement plutôt que directement sur l'enfant, par exemple, au lieu de demander à l'enfant de parler doucement , commencer soi même à s'adresser à lui à voix basse et il comprendra de lui même et baissera le ton.

 

- Respecter les rythmes individuels car chaque enfant a son rythme propre et ne peut s'y soustraire.  Respecter les différents rythmes permet de ne pas étiquetter les enfants et leur permet de ne pas s'ennuyer pour les plus rapide et de ne pas être en difficulté pour les plus lents. 

 

- Apprendre par l'expérience car l'abstraction n'est pas innée, elle s'acquiert par la manipulation des notions par les sens avant de pouvoir être formalisée intellectuellement. 

 

- Eduquer à la vie, parce que l'enfant est bon et que l'environnement peut le détourner de cela, parce que respecter l'enfant c'est lui permettre de respecter les autres. 

 

Chapitre 4 : l'école Montessori


- Ce chapitre aborde la nécessité pour la classe d'être propre, jolie, avec des fleurs... pour donner un cadre de vie joyeux et chaleureux, d'être aussi organisée, rangée pour offrir des repères. Structurer l'environnement pour pouvoir se structurer intérieurement. Susciter l'envie de... La classe se doit aussi d'être à la taille de l'enfant : petit mobilier, disposition du matériel à hauteur d'enfant...

 

- Il présente ensuite le matériel scientifiquement élaboré par Maria Montessori, fruit de ses observations et expériences. Ce matériel isole les qualités. Un matériel = une action, une notion. Par exemple la tour rose qui aborde la notion de taille est composée de cube de tailles différentes mais tous rose pour que l'enfant puisse isoler cette notion et l'expérimenter sans être dérangé par une autre notion comme la couleur par exemple. C'est un matériel sensoriel, adapté à la taille de l'enfant, esthétique et auto correctif! 

 

- La leçon en trois temps permet à l'enfant d'aborder chaque notion progressivement. Avec la notion de couleur par exemple:

*1er temps / Nommer la perception : l'adulte nomme la couleur et seulement la couleur puisque c'est la notion abordée : "bleu! c'est bleu". L'enfant répète. 

*2ème temps / Reconnaître la perception : l'adulte demande à l'enfant : "peux tu me montrer bleu?". L'enfant montre, s'il se trompe, l'adulte repose la question pour permettre à l'enfant de s'autocorriger.  

*3ème temps / Restituer la perception : l'adulte demande à l'enfant : "qu'est ce que c'est?". L'enfant répond : "c'est bleu". 

 

- L'éducateur a une position cruciale dans l'école Montessori, il ne détient pas le pouvoir, il accompagne l'enfant à trouver en lui le savoir. Il n'enseigne pas le savoir mais le savoir apprendre.

Il a 3 missions essentielles:

* observer l'enfant et présenter le matériel. Observer pour connaître l'enfant, ses besoins, son ryhtme, faire des propositions de matériel adaptées, savoir où en est l'enfant dans ses apprentissages. Il présente à l'enfant le matériel pédagogique, de façon individuelle ou collective. La présentation part du choix du matériel sur l'étagère, passe par l'installation dans un endroit de la classe, le fonctionnement du matériel et son rangement sur l'étagère. L'éducateur réalise le travail à côté de l'enfant, il décompose ses gestes doucement. Ensuite l'enfant fait lui même le travail. L'éducateur alterne des périodes d'observation et de présentation.

* être garant de l'ambiance, c'est à dire favoriser une ambiance propice au travail, à la concentration, qui donne envie de... Pour cela, il veille à ce que la classe soit ordonnée, riche en expérience... et il contient les petits soucis quotidiens matériels et/ou émmotionnels en accueillant les émotions de l'enfant  et en accompagnant l'enfant dans leur résolution.

*accompagner l'enfant dans son développement personnel, en acceptant la cadence de chacun, en repérant et autorisant les moments de fatigue, d'hésitation, en stimulant mais pas trop lorsque cela est nécessaire...  Le rôle de l'éducateur n'est pas de juger ou de noter l'enfant mais de l'accompagner à se développer. 

L'éducateur Montessori doit donc avoir une bonne connaissance du développement de l'enfant mais aussi des qualités humaines comme l'humilité et la patience. Pour cela il doit effectuer un travail sur lui même afin de bien se connaître et s'accepter tel qu'il est pour pouvoir de fait accepter les enfants tels qu'ils sont. 

 

- L'école élémentaire Montessori 

A cette période, l'enfant passe de l'esprit absorbant à l'esprit comprenant. Il veut comprendre le monde. Il pose des questions, se détache un peu du matériel, a de grandes capacités d'abstraction.

Le travail est alors basé sur l'éducation "cosmique"  qui intègre l'enfant dans son pays, dans le monde, dans son écriture, dans sa langue, dans sa société, dans l'histoire, dans la géographie, dans la nature. Des recherches, des expériences, des sorties à l'extérieur, des projets... seul ou en petit groupe vont alors lui être porposées.  Le but étant de susciter l'envie, l'intérêt, la curiosité. 

L'éducation "cosmique" part du général pour aller vers le particulier et fait ressortir les interdépendances entre les éléments. Elle est articulée autour de 5 grandes histoires, racontées dès le début aux enfants, qui donnent une vision d'ensemble: 

*l'histoire de l'univers

*l'histoire de l'apparition de la vie

*l'histoire de l'apparition de l'homme et de capacités nouvelles

*l'histoire de l'écriture

*l'histoire des nombres

Ensuite, l'enfant va explorer plus en détails chacune de ces histoires. 

 

Chapitre 5 : Montessori à la maison

Plus que l'utilisation du matériel Montessori chez soi, Montessori à la maison, c'est un état d'esprit qui se résume en quatre points:

 

- faire confiance à l'enfant en le laissant évoluer librement dans la maison. Il n'est pas nécessaire de tout relever, tout protéger mais au contraire d'exliquer (comme une présentation de matériel) comment on se sert de tel ou tel objet. Donner les règles, donner le mode d'emploi puis laisser faire. Expliquer plutôt que protéger pour que l'enfant puisse se sortir seul des situations et ainsi avoir confiance en lui et une bonne estime de lui. 

 

respecter l'enfant car l'enfant respecté respectera.

S'il y a de la casse, par exemple, plutôt que de gronder et punir l'enfant, lui apprendre à réparer comme on le ferait. Le considérer comme un invité à qui l'on dirait "c'est pas grave".

Se défaire d'une autorité violente. Taper l'enfant c'est lui signifier qu'il n'est pas respectable, que les plus grands ont le droit de taper les plus petits et qu'on peut même taper si on aime puisqu'on le fait pour son bien.

Ne pas hésiter à s'excuser, à demander pardon lorsque l'on s'est emporté. "Nous n'avons pas à avoir l'air invincible"! 

Ne pas donner de fessées... ne veut pas dire pour autant ne rien dire! 

La méthode Montessori ne se base  ni sur les punitions ni sur les récompenses puisque dans les deux cas, elles induisent une dépendance à l'adulte tout puissant qui les distribue! Communiquer, parler, écouter. Si l'enfant reproduit régulièrement un comportement inacceptable c'est qu'il cherche à dire quelque chose, écoutons le. 

Respecter l'enfant c'est aussi dire adieu à l'enfant imaginaire pour accepter l'enfant réel tel qu'il est.

 

suivre les étapes de son développement 

* accueillir l'enfant dès la grossesse et à la naissance

*ses 1ères années (de 0 à 3 ans) se concentrer sur sa sécurité intérieur. Tout ce que l'on va lui donner à ce moment là d'amour, de tendresse, de communciation lors des soins, du repas, du portage, du change, des temps d'éveil... va le sécuriser et lui permettre plus tard d'aller de l'avant, d'avoir confiance en ses parents pour se séparer en douceur et aller vers la confiance en lui.

*les années suivantes (de 3 à 6 ans), lui faire confiance, le laisser faire seul, ne pas faire à sa place, lui laisser de l'autonomie car ça y est, il est prêt à mobiliser tout le bon qu'il a reçu pour aller à la rencontre de SA vie. 

*de 6 à 12 ans, adapter la maison de façon à ce que l'enfant ait son espace à lui, soit autonome, indépendant et responsable. Le laisser profiter du monde extérieur. 

 

- offrir un environnement favorable

A chaque étape, il est nécesaire d'adapter l'espace au développement de l'enfant. Le bébé, s'il dort dans un petit lit (contenant en début de vie) se verra proposer un matelas au sol, sans barrières, en grandissant pour qu'il puisse y venir et en partir fonction de ses besoins. La chaise grandira avec la taille de l'enfant également, en veillant à ce que les pieds soient toujours posés et non ballant dans le vide ce qui procuerait inconfort et mauvaise posture. Prévoir des marche pieds sur lesquels l'enfant peut monter pour se laver les mains seul par exemple. Fixer son porte manteau à hauteur pour éviter à l'enfant de demander...Laisser les jouets à disposition, une boîte pour chaque type de matériel par exemple. 

Laisser l'enfant participer aux tâches quotidiennes dans la mesure de ses capacités du moment, il peut commencer par laver les légumes puis plus tard les éplucher...

 

Tout ceci étant possible dans le respect de certaines limites!

Les limites de l'environnement, différentes d'un espace à un autre. Il est donc important de les signifier à l'enfant.

Nos propres limites. Il est important de les reconnaître et de les dire à l'enfant, d'être authentique en somme. Lorsque nous ne sommes pas disponilbe à cause d'une journée difficile, de la fatigue... lui dire simplement.  Nous n'avons pas à être parfait! Pour pouvoir prendre soin de l'enfant il faut d'abord prendre soin de soi. 

Les limites de l'enfant, qui lui aussi à ses bons et mauvais jours! Tous les sentiments sont acceptables mais pas tous les comportements. On peut accueillir les sentiments de son enfants, l'autoriser à les dire, à évacuer et l'aider à reformuler, à verbaliser. 

 

Conclusion

 

"L'approche montessorienne, c'est avant tout un état d'esprit qui favorise le développement de valeurs positives : la confiance en soi, l'estime de soi, l'envie d'apprendre et le goût des joies simples. L'enfant est mis en condition de découvrir par lui même (...) C'est une méthode qui privilégie la découverte à l'exposé et la coopération à la compétition. L'essentiel, c'est la manière d'être. Etre au lieu d'avoir."


Publié dans Hélix

Commenter cet article