Camille

Publié le par Toutes en une

J'ai écrit cette chanson en janvier/février 2009,

en réaction à l'actualité scandaleuse dans le domaine de la petite enfance

et plus précisément aux diverses propositions des rapports Tabarot, Papon et Martin, de la réforme de la sécurité sociale, de la justice des mineurs…

 

Jusqu'ici je n'en ai rien fait... je l'ai laissé dormir dans un placard...

Ce soir, je viens de la relire et j'ai eu envie de vous la partager...

Parce que la fiction a rejoint la réalité...

Camille

Camille,

Je ne sais pas si un jour,

Tu verras le jour,

Mais si cela devait arriver,

Saches à quel point je suis désolée.

 

Car si pour nous tu seras tout,

Pour la société de demain, tu ne seras rien.

Rien qu’un enfant à surveiller,

stigmatiser voire enfermer.

 

Car pour notre gouvernement,

C’est noté noir sur blanc,

Un petit mordeur de 3 ans,

Est un futur grand délinquant.

 

Respecter l’enfant qui naît et qui devient,

Lui donner les meilleur soins,

C’est préparer de beaux lendemains,

Aux adultes de demain.

 

Pour que tu sois une enfant épanouie,

Des autres, je me nourris,

J’écoute, j’observe, je retranscris,

Au quotidien, je réfléchis.

 

A la meilleur façon de t’accueillir,

De te bercer, de te nourrir,

De te coucher, de te sourire,

Et de t’accompagner à grandir.

 

Quand j’œuvre pour un accueil de qualité,

La société veut de la quantité,

Quand je pense à ton bonheur,

Le gouvernement pense à ses électeurs.

 

Respecter l’enfant qui naît et qui devient,

Lui donner les meilleur soins,

C’est préparer de beaux lendemains,

Aux adultes de demain.

 

De la crèche à l’université,

En passant par l’élémentaire et le lycée,

Le gouvernement n’a qu’une idée,

Diminuer les budgets.

 

Un mode de garde pour chaque enfant,

Oui mais pas n’importe comment,

Respecter les rythmes et l’individualité,

Dispenser des apprentissages de qualité.

 

Le gouvernement ne s’en préoccupe pas,

Ne voit que les économies qu’il fera,

En desserrant les normes d’encadrement,

Et en faisant appel à grand-maman.

 

Respecter l’enfant qui naît et qui devient,

Lui donner les meilleur soins,

C’est préparer de beaux lendemains,

Aux adultes de demain.

 

Camille,

Pardonne moi,

De te donner naissance dans ces conditions là,

Mais saches que c’est pour toi que je me bats,

Car je t’aime, déjà.

 

 

 

Publié dans Capaulie

Commenter cet article